Réduction mammaire : quels sont les risques et les complications ?

Réduction mammaire > Blog > Réduction mammaire : quels sont les risques et les complications ?
Publié le : 26 Avril 2017 à 17:02
Réduction mammaire : quels sont les risques et les complications ?

Bien que n’ayant que très peu de risques, la réduction mammaire reste une chirurgie invasive qui n’évolue pas toujours comme on le souhaiterait. Elle peut engendrer diverses complications à connaître avant même de passer sous le bistouri. D’ailleurs, le chirurgien est obligé de vous en parler dès la première complication.

Les risques liés à l’anesthésie

La mammoplastie de réduction mammaire est souvent réalisée sous anesthésie générale ce qui peut présenter un risque pour la patiente. D’ailleurs, celles qui ont une santé fragile ne peuvent y recourir. Quoi qu’il en soit et afin de réduire ces risques, un entretien avec l’anesthésiste est obligatoire 48 heures au moins avant la date d’opération. Un bilan sanguin préopératoire sera effectué pour évaluer les risques et essayer de les éviter autant que possible.

Les risques liés à la chirurgie proprement dite

En ce qui concerne l’acte chirurgical en lui-même, il peut engendrer :

  • Un hématome : une reprise chirurgicale urgente devra être réalisée pour y remédier
  • Une embolie pulmonaire si la patiente tarde à se lever : d’ailleurs, pour réduire ce risque, les praticiens recommandent aux patientes de sortir de l’hôpital dès le lendemain afin qu’elles puissent bouger. Des piqûres d’anticoagulants et le port de vêtement de contention seront également prescrits

D’autres complications possibles

Il existe également des complications rares, mais possibles à connaître à savoir :

  • Une nécrose partielle graisseuse ou cytostéatonécrose : une nouvelle intervention peut être nécessaire suivi d’une longue session de pansements
  • Une nécrose partielle ou totale de l’aréole : cela survient surtout chez les patientes obèses ou qui fument
  • Une désunion des cicatrices qui nécessitent une nouvelle intervention chirurgicale
  • L’apparition d’une cicatrice chéloïde ou hypertrophique : les patientes à peau foncée sont les plus à risques. Des injections de corticoïdes sont souvent prescrites ainsi qu’une nouvelle intervention
  • Une modification de la sensibilité des seins : cela peut survenir sur les aréoles et sur les mamelons, mais ces sensations disparaissent rapidement