Chirurgie de réduction mammaire : bien vivre la phase post-opératoire

Réduction mammaire > Blog > Chirurgie de réduction mammaire : bien vivre la phase post-opératoire
Publié le : 15 Janvier 2018 à 10:53
Chirurgie de réduction mammaire : bien vivre la phase post-opératoire

Même si un cliché général veut que la femme souhaite avoir de gros seins, ce n’est pas forcément le cas pour toutes. En effet, certaines femmes passent sous le bistouri, non pas pour augmenter le volume de leur poitrine, mais pour le réduire. Il faut savoir que lorsqu’on a une trop grosse poitrine, cela engendre une ptôse peu esthétique, des douleurs au niveau des épaules, du cou et du dos et un certain complexe surtout lorsque la femme qui en souffre n’est qu’adolescente. La chirurgie de réduction mammaire s’avère donc être la meilleure option pour elles.

L’intervention proprement dite

La réduction mammaire est toujours réalisée sous anesthésie générale puisque quelques jours d’hospitalisation seront nécessaires pour un bon suivi. L’opération consiste souvent à retirer l’excès cutané, musculaire, graisseux et glandulaire. Cela peut ensuite se terminer par le repositionnement à la bonne hauteur des aréoles et des mamelons.

Lorsque le volume n’est pas excessif comme dans le cas d’une macromastie, une liposuccion peut suffire pour retirer l’excès graisseux.

La période post-opératoire

L’avant et le pendant l’intervention se déroulent généralement de manière classique. C’est la période post-opératoire qui s’avère plus complexe puisque la patiente devra patienter quelques mois pour voir les résultats tout en se pliant à quelques contraintes telles que :

  • la prise d’antalgique pour réduire la douleur
  • le renouvellement des pansements deux à trois fois par semaine
  • l’hydratation des seins par des produits spécifiques
  • l’impossibilité de dormir sur le ventre
  • le port d’un soutien-gorge de contention, de jour comme de nuit, pendant le mois suivant l’intervention
  • le port de vêtements amples pour ne pas serrer la nouvelle poitrine pendant au moins un mois
  • la protection absolue des cicatrices contre les rayons UV pendant au moins un an
  • l’impossibilité de porter des charges lourdes pendant les deux premières semaines après l’intervention
  • l’impossibilité de pratiquer du sport ou de faire des exercices pendant le mois suivant l’intervention
  • l’impossibilité de conduire sur les petites routes pendant au moins une semaine

A tout cela, la patiente doit penser à passer sa convalescence loin de tout stress. Il lui faut également faire preuve de patience et rester calme face aux ecchymoses, aux oedèmes et aux croûtes qui apparaissent après l’intervention. Dans certains cas, une insensibilité des mamelons peut également survenir, mais cela se rétablit généralement au bout de quelques mois. 

En savoir plus sur la réduction mammaire en Tunisie.